Gorgone ou rasta?

Reprise un peu tardive à l’académie. J’espérais ne pas avoir perdu la main…

En tout cas, j’ai le sentiment d’être un peu moins perfectionniste et de laisser parler un peu plus la matière.

Le plus compliqué est de s’arrêter à temps; se dire, à un certain moment, que c’est fini, qu’il ne faut plus toucher.

A ce stade, je touche plus!

image

image

image

image

Ça s’est pété la gueule!

L’idée était de constituer un buste à partir de plaques de terre courbes (un buste ou quelque chose qui y ferait penser, parce que bon… mais là n’est pas la question). Un peu comme des tôles courbes soudées. Sauf que la terre, ça se soude pas! Et les seins sont en hors plomb. Bref ça s’est pété la gueule!

J’ai enlevé tout ce qui tient pas, ça ressemble à plus rien-> Poubelle! (bon on fait quand même le tour…)

je l’ai affublé d’une main et d’un pied

Avec cette composition, j’essaye de trouver des correspondance de courbes entre les membres et le visage. Ce qui m’intéresse, ce sont les vides entres les volumes. L’avant-bras qui longe la joue puis suit la pente du front. Cette proximité crée un transfert (chaleur, électricité, ou ce qu’on veut). Sans contact, c’est important! Normalement, ça marche aussi entre la courbe concave de l’intérieur du pied et la rondeur de la tête, mais ça se voit pas sur les photos ;-)

(Click pour le diapo)

Hop! on refait le tour: